Culte catholique, Communautés religieuses, dossiers individuels des congrégations : Congrégation des Filles de la Retraite (1844-1862) , 1P/QUI/24

1P/QUI/24 , 1844-1862  

demande d'autorisation, acquisition d'un immeuble 3 rue des Réguaires : rapport, correspondance La Congrégation des Filles de la Retraite initialement constituée à Quimperlé en vertu d'une ordonnance royale du 17 janvier 1827 sollicite son transfert à Quimper en 1844. Elle se propose à cette date d'acquérir une propriété au 3, rue des Réguaires et appartenant à Monsieur de Kergaradec (emplacement présumé de la Poste actuelle). En 1858, la congrégation modifie ses statuts afin de pouvoir diriger deux écoles de jeunes filles. La congrégation déménage semble t'il ensuite pour s'établir rue Verdelet.

Culte catholique, Communautés religieuses, dossiers individuels des congrégations : Congrégation des Filles de la Sagesse de Saint Laurent sur Sèvres (1934) , 1P/QUI/32

1P/QUI/32 , 1934  

Demande d'autorisation d'un établissement, 22, rue bourg les Bourgs.(service de la fondation Massé Petit Cuénot) : décret d'autorisation, rapport et extrait des décision du Conseil municipal, correspondance La Congrégation des Filles de la Sagesse de Saint Laurent sur Sèvres (Vendée) possédait un établissement au 22, rue bourg les bourgs. En 1902 puis en 1934 les religieuses déposèrent une demande d'autorisation afin d'être officiellement rattachées au service de la Fondation Jean Massé qu'elle servaient. Elles obtinrent un décret d'autorisation signé du président Le Brun le 24 juin 1934. Le nombre des membres de cette communauté était fixé à sept religieuses.

Culte catholique, Communautés religieuses, dossiers individuels des congrégations : Congrégation Augustine des Dames Hospitalières de la Miséricorde de Jésus , 1P/QUI/29

1P/QUI/29  

Enquêtes, état statistique, correspondance La Congrégation des Sœurs de Saint Augustin est installée à Quimper depuis 1645. Elle était en charge dès cette époque de la gestion et du service de l'hôpital Sainte-Catherine à la suite d'un contrat passé entre la congrégation des dames hospitalières de la Miséricorde de Jésus et la communauté de ville de Quimper. En 1645, il n'y avait que deux religieuses, elles étaient sept vers 1664. Les religieuses financent elles même la construction de leur couvent hôpital. A la suite de la confiscation des biens nationaux dits de première origine en 1791, elles sont expulsées de Sainte Catherine. Leurs malades sont transférés dans le couvent des dames de la Retraite, aujourd'hui la Gendarmerie. Quant à l'ancien hôpital Sainte-Catherine, lui même, il va abriter des administrations révolutionnaires et héberger les services de la commune, ceux du Département et du District. (En 1800 le bâtiment devient le siège de la préfecture. L'essentiel du bâtiment ancien est démoli en 1909 lors de la reconstruction de la nouvelle préfecture au même emplacement). Vers 1804, les Augustines hospitalières sont de retour. Leur congrégation est autorisée en 1810. Elles sont en charge des malades civils et militaires mais aussi des enfants assistés. En avril 1831, l'administration prend une délibération tendant à faire diminuer le nombre des religieuses de la congrégation, celles ci refusent alors cette décision et préfèrent même quitter, en septembre ou octobre 1831, Quimper et leur hôpital hospice. La municipalité quimpéroise était en effet plus favorable aux filles du Saint Esprit car en 1814, les cinq filles de cette congrégation avaient en charge plus de 400 personnes tandis que les vingt deux sœurs augustines ne soignaient que 149 malades. La congrégation se relève en 1834 à l'hôpital Notre Dame de la Victoire à Cuburien près de Morlaix. A Quimper, les filles du Saint Esprit vont alors les remplacer d'abord dans l'urgence provisoirement et puis définitivement.

Culte catholique, Communautés religieuses, dossiers individuels des congrégations : Congrégation des Sœurs de l'Adoration perpétuelle du Saint Sacrement (dite congrégation des sœurs de la providence) (1840-1900) , 1P/QUI/25

1P/QUI/25 , 1840-1900  

statuts, correspondance La Communauté des Filles de la Providence de Quimper, congrégation de l'Adoration perpétuelle est fondée par le chanoine Langrez en 1829. Cette congrégation est reconnue par ordonnance royale du 24 avril 1842. Elle a pour but d'élever des orphelines pauvres. Elle regroupait outre un orphelinat, situé rue de la Providence qui pouvait accueillir en 1902 jusqu'à 200 jeunes filles âgées de 7 à 20 ans (destinées à être placées comme servantes), une maison de retraite fondée en 1896 qui recevait des dames et des veuves moyennant une pension. 50 religieuses composaient la communauté en 1900.